15/04/2006

Muse du vent

 

Merci à Jean pour ce beau poème ...

 

Tu fais couler les mots comme l’eau d’une source
Comme un souffle d’Eole au printemps qui s’annonce.
La légende te fit, la fée des nuits d’hiver,
Mais aussi des poètes, la muse qu’ils vénèrent.

Je revois chaque nuit, dans cette forêt de buis
Ton corps qui ondule dans des ombres de lune.
Brocéliande est lointaine, mais je te vois d’ici,
Froissant tes plis de robe, en consultant tes runes.

Si un lutin malin qui caressait tes seins
Mettait un grand désordre dans le creux de tes reins
N’en soit pas étonnée, c’est un rêve qui se glisse
Sans bruit dans les fougères pour goûter tes délices.

Les lutins tu le sais, sont quelque fois coquin
Ils se glissent et s’immiscent dans de tendre recoin
T’apportant la tendresse et un peu de plaisir
Dans de douces caresses pour combler tes désirs.

Que les vents de la nuit te portent ces quelques vers
Pour te faire oublier les rigueurs de l’hiver.
Envoûté trop souvent par ton tendre ramage,
Un tout petit fantôme voulait te rendre hommage.

Jean.

18:45 Écrit par Mary | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Bonsoir Mary, C'est un très joli poème en effet et magnifiquement illustré par cette splendide image
Je te souhaite une bonne soirée
Cricri

Écrit par : Cricri | 15/04/2006

** Très beau poèmes et belles images, je te souhaite une bonne continuation ^^

Écrit par : Lonely | 15/04/2006

Mérité... Ce poème est très beau, et tu le mérites bien.
C'est vrai que ton site réchauffe, réveille les sens et la beauté...
Bravo...
doux bisous

Écrit par : quarkenciel | 31/05/2006

Les commentaires sont fermés.