21/05/2007

Jardin des délices

 

10590014_p

 

Elle était là près de lui et murmurait de tendres mots à ses oreilles. Il frémissait à chaque souffle de sa voix. Sa main frôla le tissu de son pantalon et là il cru défaillir. Elle était si douce dans ses gestes, s’appliquant presque à lui donner des frissons à chacun des contacts de sa peau avec la sienne.

 

Sans s’en rendre vraiment compte, ils s’étaient tous les deux écartés de la foule visitant ces merveilleuses allées de Versailles. Elle s’était lentement laissée diriger dans un petit recoin ou seul un banc semblait les attendre. Consciemment, cela ne pouvait être autrement, ils avaient deviné cette envie de l’autre.

 

Elle savait ce regard qui la dévorait, la brûlait presque. Lui devinait si bien la courbe de ses seins gonflés de désir à travers la soie légère de son chemisier. Il ne pu s’empêcher de passer une de ses mains sous ce tissu, et il retrouva avec délice cette généreuse poitrine tendue. 

 

 Il aimait lui offrir ces caresses qu’elle disait uniques.  Elle soupira de bonheur et ferma l’espace d’un instant les yeux pour savourer ce plaisir naissant. Sa main avait lentement glissé devant elle et s’était frayé un chemin jusqu’à cette toile du pantalon devenu presque étroit, elle sourit avec malice de cette délicieuse forme qu’elle sentait grandir encore et encore...

 

(à suivre)

 

Mary

14:30 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

13/05/2007

Imaginer

dyn004_original_540_540_pjpeg_2528066_ef7b77578b00fee76ea75e0b31ceef90

Fermer les yeux et imaginer nos deux corps enlacés

Fermer les yeux et attendre ta main sur mon épaule

 

Entendre tes mots qui sonnent à mon oreille

Comme une douce mélodie

Puis renfermer dans mon coeur

Le souvenir de nos moments tendres et charnels

 

Il y a aussi ces nuits où je meurs de toi
Comme on meurt de faim


Je pense alors à ton souffle quand insensiblement
Il devient plus rapide et que je dors près de toi.

Quand je revoie ton image,  quand je ferme les yeux
En tout temps, en tout lieu

 

Je ne pense qu'à ton regard sur moi

 

Jamais ne me quitte cette envie de toi ...

 

Mary

 

7348341_p

 

 

 


 

 

18:12 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

02/05/2007

Ballade (2ème partie)

dyn003_original_410_600_pjpeg_2528066_ff735939c57deaa0ef03763d96dc43ed

Au fur et à mesure qu’elle faisait un pas vers ce banc ;  son cœur s’affolait, ses tempes battaient très fort. Elle sentait ce regard la transpercer de toutes parts ? Impossible d’empêcher ses mains de trembler, elle était tellement surprise par cette émotion qu’elle ressentait … A chaque pas le trouble l’envahissait. Elle était maintenant au niveau de ce banc, elle n’osa pas s’arrêter, espérant, sans se retourner le son d’une voix.

 

« Pardonnez- moi, entendit- elle, en se retournant ; pardonnez- moi mais j’aimerais vous parler, puis je vous offrir un café ?

D’abord, malgré le trouble très agréable qu’elle sentait, elle eut envie de s’enfuir  à toute jambe mais avant qu’elle ne puisse réfléchir, elle s’entendit dire à cet inconnu « oui avec plaisir … »

 

Ils marchèrent l’un à côté  de l’autre sans un mot, osant à peine de temps à autre se sourire.

« Elle doit  me prendre pour un pervers, pensa t-il

«Il doit s’imaginer que j’ai l’habitude » se dit-elle

Un instant à ce coin de rue, leurs mains se frôlèrent, elle sentit un long frisson la parcourir, lui cru défaillir. Ils devaient être fous, tous les deux,  sans doute.

 

« on rentre ici ? «  demanda t-il en lui souriant.

Elle fit un timide signe de la tête alors qu’il lui prenait la main pour l’entraîner dans ce bar. Il était 18H passées, il fallait qu’elle rentre mais ses jambes, sa tête, sa raison ne voulaient pas obéir.

 

Elle ne savait  pourquoi, mais elle savait déjà que demain rien se serait plus pareil, que cet homme n’était pas là par hasard sur son « chemin » …

 

Mary

10:54 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook |