14/01/2009

Récolter ce qu'on "s'aime"...

Un peu de retard pour souhaiter que cette nouvelle année vous apporte tout le bonheur du monde et surtout mille et une humeurs coquines, de celles qui vous font aimer la vie !

Voici un texte que je vous offre à tous, vous qui aimez vagabonder chez moi et vous qui découvrirez mon jardin secret.

dyn004_original_586_388_pjpeg_2536457_e66bcace1397fbe385b1e4ac61283ba2

 De jolis pieds le frôlent, un vernis d'élégance, d'un rouge pur et carmin

Il égare ses mains sous cette fine dentelle,

Un petit bout de soie révèle comme un présage,

Les contours d'une guêpière finement lacée.

Elle est debout devant lui, et le » fuit » malicieuse, 

Puis, presque trop sagement relève sa robe

Et laisse deviner sa peau couleur d'Ambre

Le tourmenter un peu n'est pas pour lui déplaire.

Quand elle voit ses  yeux se troubler de désir,

Elle dérobe les siens et sait taire

Les élans de son corps pour retarder le plaisir,

Se rendre plus désirable encore.

Dans son cou, une goutte d'indécence

Parfumée au jasmin,

Sa peau est douce,

Les frissons apparaissent.

Ses mains sont hardies, il les repousse un peu,

Avec cette peur de s'enivrer trop vite.

Elle  dépose un baiser léger sur ses paupières,

Puis parcourt son corps brulant sans retenue.

Elle ignore chacun de ses soupirs et prolongera le jeu

Jusqu'à la fin de la nuit,

Une nuit des temps Amoureux,

Une nuit d'Ivresse.

 

Mary

10:34 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

13/01/2009

Récolter ce que l'on "s'aime"

Un peu de retard pour souhaite que cette nouvelle année vous apporte tout le bonheur du monde et surtout mille et une humeurs coquines, de celles qui vous font aimer la vie ! Je vous offre à tous ce texte, vous qui aimez vagabonder chez moi et vous qui découvrirez mon jardin secret.

De jolis pieds le frôlent                                                                                                                          Un vernis d'élégance
D'un rouge pur et carmin

Il égare ses mains sous cette fine dentelle                                                                                           Un petit bout de soie révèle comme un présage
Les contours d’une guêpière finement laçée

Elle est debout devant lui, et le » fuit » malicieuse                                                                                                       Puis,  presque trop sagement                                                                                                          Relève sa robe et  laisse deviner sa peau couleur d’Ambre

Le tourmenter un peu n'est pas pour lui déplaire

Quand elle voit ses  yeux se troubler de désir
Elle dérobe les siens et sait taire
Les élans de son corps pour retarder le plaisir

Se rendre plus désirable encore

Dans son cou, une goutte d'indécence
Parfumée au jasmin
Sa peau est douce

Les frissons apparaissent
Ses mains sont hardies, il les repousse un peu                                                                                     Avec cette peur de s’enivrer trop vite

Elle  dépose un baiser léger sur ses paupières                                                                                   Parcourt son corps brulant sans retenue
Elle ignore chacun de ses soupirs et prolongera le jeu                                                                    Jusqu’à la fin de la nuit,

Une nuit des temps Amoureux

Une nuit d’Ivresse

Mary

Tout est dit dans cette merveilleuse et touchante chanson de Françoise Hardy ...

Lâcher la main de quelqu'un c'est un très grand sacrifice et si douloureux mais savoir que cela peut lui apporter le bonheur c'est aimer profondément sans que cette personne ne s'en doute une seule seconde.

 

 

 

08:43 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |