06/03/2009

Couleurs Café

 

309939

Je suis la première levée. Dehors, dans le bleu de l’aube, ourlé de rose, la fraîcheur de la nuit se dissipe lentement. Quelques moineaux s’aventurent à chanter le nouveau jour qui commence, on sent le printemps qui pointe le bout de son nez. La maison est calme, presque abstraite, c’est à peine si l’on entend le chuintement du café qui coule. Pour reprendre contact avec la réalité, je tends la main vers le journal du matin. Les pages se succèdent doucement, je découvre la météo dans les odeurs chaudes du petit déjeuner, et devine en survolant les titres que le monde d’aujourd’hui est le même que celui d’hier. J'abandonne cette lecture qui je le sais, va me mettre de mauvaise humeur, je n'en ai pas envie. Je me laisse glisser entre les coussins du canapé, je me pose, je rêve. Comme moi, j'aimerais que le jour ne soit pas pressé de commencer.

 

 Les arômes du café et l’odeur du pain grillé m'aide à prolonger les sensations de la couette encore chaude. Je respire avec bonheur l’amertume sucrée du café, je me délecte du nectar noir et le laisse descendre, d’abord par petites gorgées, juste pour en apprécier le goût et l’odeur puis c’est toute la tasse que je savoure. Je jette un œil sur les croissants chauds et dorés, leur pâte est tiède presque molle. Je pense à autrefois et me retrouve ailleurs. Ce matin là jusqu’à l’enfance, avec en tête, de vagues souvenirs de confiture à la mûre volée du bout des doigts. Une délicieuse recette, jamais égalée dans tous les pots que je chercherai à acheter bien plus tard.

 

De temps en temps je relève la tête pour regarder le ciel dehors, il y a quelque chose de doux et léger qui flotte.Doucement minute après minute, la rumeur du dehors s’amplifie des bruits de la vie, le moteur d’une voiture qui démarre au loin, le chant des oiseaux se fait plus fort, déjà 8 h et c’est comme si le monde entier était maintenant réveillé. Je passe et repasse ma langue sur le bord de mes lèvres caféinées, puis me lève -  il faut me préparer. 

 

Je laisse glisser la soie sur ma peau, je frisonne et alors ne pense plus qu’à une chose :  au petit déjeuner de demain.

 

Mary

01:14 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

fred.malone@hotmail.com Ah jolie Mary ! prendre une tasse de café en ta compagnie m'a l'air si agréable ! tu m'invites demain matin ???

Bonne journée.

Écrit par : fred | 06/03/2009

Merci à toi Fred d'avoir apprécier ce texte. T'inviter demain matin ? je ne le peux pas puisque je ne partage mon petit déjeuner qu'avec un seul homme et même s'il est loin, je déguste chaque gorgée en pensant à lui.

Bonne soirée.

Écrit par : Mary | 06/03/2009

Bonsoir et merci de la visite. Ben, on ne m'avais pas encore dit que je faisais rire, je retiens cela. Par contre,je constate que nous avons deux figurines en commun sur les côtés. Heuuuuu, la journée de la femme, ce n'est pas que je n'aime pas. La femme est l'égale de l'homme et ne devrait pas plus que lui avoir besoin d'une journée dédiée à rappeler l'évidence.

Écrit par : Michel | 08/03/2009

J'ai vécu cette lecture ... comme si j'y étais. Grand Dieu que c'était agréable et succulent à la fois ce petit-déjeuner et tout ce qui se déroulait avant et après. Trop bien narré que l'on s'y égare volontiers.
Très cordialement.
Jean-Pierre

Écrit par : L'esthète | 09/03/2009

coucou Mary jolie aude à l'amour
Le soleil redonne le moral alors avec plaisir je te dis bon week-end
Que la semaine suivante soit aussi printanière que celle-ci quel régal ce beau temps.
Des nouvelles de mon p’tit Justyn si çà te dit.
Bisous printaniers.
COCO !
http://cedricangel.skynetblogs.be

Écrit par : COCO! | 20/03/2009

Les commentaires sont fermés.