27/04/2008

Corps volcan

dyn008_original_500_750_pjpeg_2585217_f0a5b38b5598cd65aeaa00d5080e3122

J'ai la fièvre, je brûle

Douce caresse qui m'envahit

Cette caresse qui me donne le goût de tout

Cette douceur qui me fait chaud à ma peau

Folle de me laisser à l'abandon de moi-même

Je veux sentir la fièvre te gagner

Je veux ces facettes de mille choses

Tes gestes qui me frôlent

Mon corps en fusion, ma tête qui raisonne

Mes seins qui se dressent et ma peau qui tremble

Mon ventre qui danse

Je veux tout

Je te veux TOI.

Mary

08:40 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

10/04/2008

Alchimie

9605307_p
 

Des mots et des gestes de douceur

L'intensité de moments particuliers

Ces regards échangés et puis ce zeste de complicité

Le bonheur d'être deux, mains entrelacées

Des étoiles dans les yeux, se laisser enivrer

Découvrir ces lieux magiques d'un autre monde

Puis se frôler, se toucher, se faire frissonner

Partager le plaisir d'aimer, l'alchimie de l'amour

Imaginer à nouveau quand l'autre n'est pas là,

Imaginer et retenir ce plaisir au fond de son ventre

Céder à ses envies en laissant nos âmes prendre le relais

Réinventer à chaque fois cet amour

Et le conjuguer à tous les temps.

Mary

14:59 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

21/03/2008

Itinéraire Amoureux

dyn001_original_720_488_pjpeg_2535095_2d422595be4ba89b4132c9d0bef28394

 

Il espérait laisser le vent les emporter loin d'ici

Et chaque jour effleurer son corps avide de ces plaisirs

Il adorait  la goûter, dévorer sa peau de fruit   

Plongeant ses yeux noirs dans son regard
Elle avait aperçu un itinéraire plein d'émotions

Amoureuse insatiable, elle ne pensait qu'à  arrêter  le temps

Dans ses yeux devenus miroir
Elle voulait vivre et lire toute leur  passion
 

Ils étaient comme la lune et le soleil
A conjuguer leurs deux corps

En une merveilleuse éclipse

Sans hâte il caressait du bout des doigts sa peau lisse
 Elle lui offrait alors, à chaque soupir, ce nectar sacré  
 

Au prochain clair de lune,
Sûrement si courte sera  la nuit

Mais doucement, 

Sous les étoiles, on apercevra ces ombres  

 Qui se figeront, encore et toujours

 Pour s'abandonner de plaisir aux vagues de l'océan ...

Mary

10:07 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

19/03/2008

M'abandonner

Mon cœur pourrait cent fois te dire
Comme il a peur parfois de te perdre
Comme j’aime me donner,
M’abandonner, gémir sous tes doigts caressants.

  Profiter avec toi de ces premiers rayons de soleil Sentir tes mains de feu brûler ma peau

Puis laisser mon corps se faire si doux et dur à la fois

 

 sous tes gestes tendres…

 

Mary

 

13:57 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

16/03/2008

Gouttes de pluie

 

dyn002_original_659_434_pjpeg_2519216_0a9c31c509daa34cd590b79713d22744

 

Elle écoutait la pluie
Il écoutait les gouttes tomber une à une
Et ce bruit calmait son cœur
Elle écoutait le vent
Qui la  berçait dans sa plénitude

A cet instant crucial, elle écoute le temps qui passe

Celui qui emporte son bonheur  

Il n’est plus là, Lui son amour

Et jusqu’au jour de son retour

 

Elle écoute la pluie et le vent qui fuit

 

Mary

 

19:00 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

06/03/2008

Réveil gourmand

 Un texte un peu plus coquin aujourd'hui ...

Mon humeur du jour, mon Envie de lui

 

dyn004_original_551_427_pjpeg_2597444_327cc8ec758778d7768211ce45ceda9d

Elle a cet air si coquin qu’il commence à connaître et qui le fait fondre à chaque fois. Elle se laisse lentement glisser et vient se poser sur le côté, près de lui. Elle regarde avec envie ce sexe déjà tendu à l’extrême. Il est si beau et si dur. Elle y dépose de légers petits baisers puis pour l’enivrer encore davantage, commence de doux  vas et viens.

Elle aime tant l’entendre soupirer de bonheur. Ses gestes sont tendres, précis et délicats. Elle sent son sexe s’ouvrir comme une fleur mais  résiste à cette envie de venir sur lui pour qu’il la prenne, résiste au besoin de le sentir au fond de son ventre. Elle se contrôle. 

Il commence à balancer son bassin de gauche à droite  pour donner plus d’amplitude à ses gestes. Doucement sous les caresses de son amante, son corps se tend de plus en plus. Il soupire, gémit plus fort, mordant ses lèvres violemment  à chaque coups de langue. Elle adore l’entendre ainsi aimer l’amour qu’elle lui offre, cela l’excite terriblement, son ventre papillonne.

 

Elle  continue ses mouvements en donnant de temps en temps un baiser sur son sexe déjà rouge de désir. Pendant de longues minutes, elle le déguste, puis la seconde qui suit le dévore, passe et repasse sa langue amoureuse sur toutes les facettes de ce membre tendu.  D’un mouvement vif qui le surprend, elle le  prend entièrement dans sa bouche. Il  laisse échapper un râle profond qui annonce son plaisir imminent. Elle profite entièrement de lui, il est à elle, elle l’aime en douceur, puis avec passion. Il  caresse ses cheveux et relève de temps en temps la tête pour  admirer ce beau « spectacle », l'image de ses lèvres sur sa verge prête à exploser et  ce regard amoureux. 

 

« Je vais mourir c’est sûr ! » pensa t-il. 

 

Il n’en fût rien bien sûr, son corps juste  à cet instant  se figea, tétanisé par cette vague de plaisir qui l’emportait.

Ses tempes battaient à tout rompre,  il releva la tête, encore à demi comateux  et pu  tout juste distinguer ces yeux noirs coquins et cette bouche délicieuse qui le dégustait avec gourmandise…

119281057
Mary

13:52 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

21/02/2008

Parfum d'Amour

café coeur

photo : Mary  - café de Schönbrunn à Vienne )


 Vienne. Oui j'étais bien à Vienne avec l'homme de ma vie. Une merveilleuse Saint Valentin.

La première éveillée, dehors le bleu de l'aube ourlé de gris, la gelée de la nuit se dissipe lentement sur les toits. L'hotel dort encore, juste quelques légers bruits venant de la cuisine, la serveuse qui s'afffaire à préparer les tables du petit déjeuner. La chambre est calme, presque abstraite, c'est à peine si je perçois ton souffle lent et serein près de moi. Histoire de reprendre contact avec la réalité, je tends la main vers ton torse pour le caresser tendrement. Ta peau est douce et fraîche, je fais glisser la couette blanche sur toi.

Doucement, minute après minute, la rumeur de dehors s'amplifie et pourtant, on entend à peine les pas des premiers courageux de la journée sur les pavés. Que de calme dans cette belle ville ! Un plaisir de s'y éveiller, on dirait que le jour n'est pas pressé de commencer.

Devant cette tasse de café chaud, ces arômes du petit déjeuner  nous bercent encore, comme si on avait prolongé ces douces sensations de la couette encore chaude. Je respire avec bonheur l'amertume de ce breuvage, je me délecte de lui, le laisse descendre gorgée par gorgée pour en apprécier tout le goût.

Ta main qui glisse sur cette nappe blanche pour rejoindre la mienne, ton regard me couvre de tendresse,  de temps en temps  on relève la tête pour regarder le ciel dehors et les gens qui passent en soufflant dans leurs mains pour les réchauffer.

Un sentiment de plénitude m'envahit, est ce que ce serait pas ca le bonheur ?

Quelque chose de léger qui flotte, l'Amour à l'état pur.

Mary 

  

11:08 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

28/01/2008

Mon manège à moi

 

J'ai écris ce texte il y a plusieurs années, il m'est revenu en tête dès que j'ai entendu la chanson de Stanislas (cliquez sur la gauche pour l'écouter)

pêle mêle

Manège de mon enfance, manège enchanteur

Il tourne encore et encore dans ma tête

Plus vite que dans mes souvenirs d'antan

Reflets de lumière, chevaux aux mille couleurs

Tourne, tourne beau manège

Souvenirs qui s'éloignent lentement

Disparus  les galops effreinés qui tounent la tête,

Oubliés les rêves de prince charmant

Mon manège a continué de tourner

Mais pour d'autres rêves d'enfants ...

Mary 

 

 

 

 

17:30 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (24) |  Facebook |

30/12/2007

Un Ange passe

  A tous ceux qui aiment et aimeront vagabonder ici :  

dyn008_original_449_635_pjpeg_2585405_deae6ed7bbc58442735fadd0a9c07695

 

Elle regarde les étoiles qui lèvent le voile  
Qui recouvrent son cœur et sa peau d'opale


Laisse la encore et encore te raconter ses songes,


Laisse la te toucher l'âme et le cœur

Te fuir comme le vent puis revenir

Reconnais tu cette étrange visiteuse ? 
 

C'est elle, oui c'est elle,

 

Cette petite fée blanche, à la robe lumineuse,

Une petite fée diabolique et enchanteresse sous ses ailes

Elle t'envoie ses plus doux baisers

En espérant tout le bonheur que tu mérites dans  cette année à venir

Bonne et heureuse année !

Mary

00:00 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

26/12/2007

Mélodie du Bonheur

 dyn005_original_500_500_pjpeg_2564127_b27c792eee6c20612790adba2830377a

   

Un léger vent d'Hiver les faisait frissonner

Puis était venu fredonner à leurs oreilles

Ces chansons, des mots mélancoliques

Aux accents doux et nostalgiques

Effluves d'une nuit de Décembre

Bougies multicolores, reflets intenses

Ils  ferment les yeux et  se souviennent

De tous leurs moments de bonheur

Regards d'ivresse, caresses de soie

Dans ses cheveux, des gestes tendres se sont égarés

Puis Leurs voix mêlées, leurs baisers au goût de miel. 

Enfin la fraîcheur du soir avait glissé sur leurs peaux

Encore plus fort l'un contre l'autre ils se sont serrés

Pour garder à jamais ses frissons d'amour 

Ceux de leur premier réveillon.  

4812288_1af358f9a7_m

Mary

15:20 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

08/12/2007

Corps Accords

0001as

 

Le premier chagrin du jour

C'est toi qui me regardes

Tes yeux plein de larmes

Cette tristesse qui me désarme

Le premier chagrin du jour

C'est la porte qui se ferme

Un train qui s'en va

Le silence qui s'installe

Mais bien vite tu reviens

Et ma vie reprend son cours

Ton corps blotti contre le mien

Tes mains qui me font l'amour

Murmures, froissements des draps

Collée à ta peau  je te sens glisser en moi

Je peux mourir ce soir

Car je suis dans tes bras

Le dernier bonheur du jour

Ma main dans tes cheveux

Un sourire et nos regards de tendresse

Le dernier bonheur du jour

C'est aussi la bougie qui s'éteint  sur mes rêves d'absolu

Ces songes d'amour pour que jamais plus

Il n'y aient de trains qui partent

Ou de portes qui se ferment sur ce silence

Mary

11:22 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

26/11/2007

Enfant en DANGER, Maman Abandonnée

 

dyn001_original_448_336_pjpeg_2542340_1503be644db1772f7fd64dccc87f9a7f

Aujourd’hui un peu à contre courant de ce que je poste sur mon blog parce que malheureusement la vie n’est pas que poèsie et douceur, merci d’aider cette maman qui risque de la prison ferme tout cela parce qu’elle ne veut pas confier sa fille au « père » pédophile multirécidiviste ! Merci pour elle, merci de signer la pétition en ligne que vous trouverez juste en dessous de la lettre de la grande sœur envoyée à Madame Rachida DATI, Garde des Sceaux.

 

Lettre de Valérie :

  Je fais cette pétition car cela semblerait être une aide pour maman, pour cela il faut au moins 500 signatures, je vous en prie nous comptons sur vous.


Le 20 novembre 2007

Madame Rachida DATI
Garde des Sceaux
Ministre de la Justice
13 Place Vendôme
75042 Paris Cedex



Objet : DECISION DE LA COUR D’APPEL : ENFANT EN DANGER, maman abandonnée


Madame la Ministre de la Justice,


Ma maman va être jugée le vendredi 30 novembre 2007 à 16h au Tribunal correctionnel de Bourges. Elle risque la prison car elle a déjà été condamnée le 3 novembre 2006 à la peine de 3 mois d’emprisonnement dont 3 mois de sursis avec mise à l’épreuve pendant 3 ans prononcée pour des faits de non présentation d’enfant à une personne ayant le droit de le réclamer.

Son avocat lui fait alors savoir qu’elle n’a plus de possibilité de recours et qu’elle est en conséquence obligée de se conformer à la décision de justice

Jusque là, vous devez vous demander pourquoi je vous supplie de m’aider puisque la situation paraît normale et que maman aurait dû respecter le jugement.

Et voilà où je veux en venir, Madame la Ministre de la Justice, je ne comprends pas pourquoi la Cour d’appel de Bourges a pris cette décision démesurée en accordant un droit de garde à cette personne, père de ma petite sœur Lise H, d’accord mais PEDOPHILE RECIDIVISTE.

En effet Monsieur ROGER H, a été condamné à plusieurs reprises :

En
 1985 Condamné par la Cour d’appel de Rouen à 5 ans de prison pour attentat à la pudeur avec violence adolescente de 14 ans

En
1992 Outrage public à la pudeur.
Actes et gestes obscènes fillette de 12 ans

En
 1994 Prison avec sursis avec obligation T.I.G pour C.E.A, refus d’obtempérer et mise en danger de la vie d’autrui.

En
1996 Condamné par le Tribunal correctionnel de Bourges à 5 ans de prison ferme pour agressions sexuelles et attouchements garçonnet de 8 ans.



Je tiens à préciser que maman ignorait ces faits et qu’elle a été complètement abattue.

Je fais appel à vous, Madame DATI, je vous en prie, faites que maman n’aille pas en prison pour un crime qu’elle n’a pas commis. Elle souhaite simplement et humainement comme toute bonne mère, protéger sa petite fille, qui a d’ailleurs été entendu par le juge et ne souhaite pas voir son père.

Lise âgée maintenant de 13 ans est en réel danger.

La réhabilitation, oui, Madame la Ministre, mais pas à n’importe quel prix, surtout pas au prix de la vie de ma petite sœur.

Je me sens inquiète et impuissante face à cette situation, et je ne connais pas vraiment le droit mais je sais reconnaître une injustice.

Nous sommes d’une famille très modeste et maman n’a donc pas le privilège d’être défendu par un très bon avocat.
J’ai même pensé à médiatiser cette affaire car je ne sais plus vers qui me retourner.

Il n’y a pas plus honnête que maman, elle n’a jamais fait de mal et je vous assure qu’elle mérite vraiment votre soutien, ne la mettez pas en prison.

Je sais que vous avez beaucoup de responsabilités et de cas lourds à gérer, mais en vous confiant ce drame, Madame la Ministre, mon drame, j’ai une petite lueur d’espoir car vous êtes avant tout femme et je pense pouvoir affirmer sans me tromper de beaucoup, que vous mettriez tout en œuvre pour préserver le sécurité d’un enfant contre ces hommes pervers qui , bien que condamnés, récidivent encore et encore. Mlle Valérie M 

 JE SIGNE LA PETITION : http://www.mesopinions.com/detail-petition.php?ID_PETITION=dc44efce0849a85e869ded1405cc5341

10:55 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

23/11/2007

Notes d'Amour

 

t-18215
 

En notes douces elle décline ses sentiments

Puis les colore avec l'arc-en-ciel de l'orage

Elle les dépose sur le nuage couleur de pluie
Pour que la goutte d'eau les enchante

Sa musique devient bouquet d'étincelles
Pour que la lumière emplisse son coeur
 

Elle écrit la partition de leur amour
Pour retenir la musique de leurs rêves Avec la plume d'oiseau de Paradis
Elle souligne de bleu leur amour- toujours

Elle laisse ses mots  sur un pétale de rose
Pour que le parfum enivre ses sens

Sur ses lèvres perle une goutte de rosée
Elle le sait, maintenant elle sait 

Qu’elle se damnerait  pour une seule caresse de ses yeux…

 Mary

 

13:47 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

16/11/2007

100 000 tendres baisers

 

 m-790648

 Pour un grand Merci à  ces baladins du net, ceux qui ont aimé  et qui aimeront encore passer par ici me lire,

Merci à vous d'être "touchés" par mes mots, mes maux aussi parfois...

Mary


 

09:24 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

06/11/2007

S'étourdir de plaisir

 

9195418_p

Elle aimerait  dans  ses yeux se noyer
Dans ses bras s’assoupir
Être la flamme intense
Qui fait brûler son coeur
Voir ses yeux qui dansent
La marque du bonheur.

Elle voudrait écouter la douceur de sa voix
Lire dans la profondeur de son regard
Entendre ce rire qui n’appartient qu’à lui


Tout l’infini de l’horizon
A été mis dans ses pupilles
Comme pour la seule raison
De combler toutes ses envies.

Son nom qui tombe en cascade
Qui roule dans son esprit
Puis se glisse entre ses lèvres


Les nuits où de rêve - plaisir elle s’étourdit… 

Mary

10:58 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

07/09/2007

Perle d'amour

 9849918_p

 

Dans un soupir, elle se laisse glisser dans ce rêve 

Et c’est dans cet ultime gémissement que naît cette larme
Doucement, discrète, elle se cache 
Reste secrète le long de sa joue
Et glisse le long de son cou

L’ultime plaisir, tout en douceur, dans un souffle
Quand du bout des lèvres elle murmure son prénom …

Mary 

21:45 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

27/08/2007

Ces regards, reflets de l'âme...

8784620_p

 

Ils avaient déjà connu des moments merveilleux … Mais là c’était encore bien autre chose qui les attendait. Il savait qu’elle avait un peu peur de revenir vers lui et pourtant lui avait le cœur qui explosait de bonheur à l’idée de lui faire plaisir, de la choyer, de l’aimer comme il en avait tant besoin.   Elle  avait cette petite boule au creux du ventre qui nous fait retrouver nos 15 ans lorsque l'on marche vers celui que l’on aime. Tendre et passionné fût ce  baiser tant espéré sur ce quai de gare, scellant cet instant d'un amour qu'on espère voir vivre pour l'éternité alors qu’il lui tend ce bouquet choisit avec soin. Cette émotion incontrôlable lorsqu’il lui avait dit de faire sa valise et qu’il l’emmenait trois jours en  amoureux , des moments de bonheur à venir qu’il avait patiemment et amoureusement préparé pour elle.  Chaque détail était important, il voulait que cela soit parfait.   

Elle se  retrouva devant un magnifique château de la région de Calais, très fleuri, un endroit charmant et très romantique. Il savourait chacun de ces regards d’émotions à découvrir cette surprise. Lentement elle monta les escaliers et lorsqu’elle ouvrit la porte de cette chambre, elle tomba sous le charme de celle ci. Tout était merveilleusement bien  installé,  une petite coiffeuse, une cheminée d’époque sur laquelle était posé un vase de fleurs, et  un lit baldaquin avec ses voilages blancs, une mousseline soyeuse qu’elle eut envie de toucher de suite…

le_chateau_four_poster

Il la regardait amoureusement, ému de la voir si heureuse,  ses yeux lui disait : « tu vois à quel point je t’aime, pour toi je veux que tout soit beau, que tout soit bonheur ». Elle avança  vers lui avec ce  sourire si coquin qu’elle avait dans ces moments là, ces moments où elle avait tant envie de lui. Lentement ils se déshabillèrent, profitant de chaque frisson, de chaque effleurement. Elle sentait son ventre devenir puit de feu et lui ne pouvait contenir cette envie qui le tenaillait déjà depuis bien des heures. Elle s’allongea sur ce grand lit blanc et le laissa d’abord faire quelques photos, elle en profita pour prendre quelques postures coquines et se mit à rire de le voir si perturbé. Il aimait l’entendre rire ainsi, savoir qu’elle le désirait très fort mais qu’elle se contenait pour le faire patienter. Il lâcha enfin cet appareil, son regard s’était assombri, elle était devenue plus sérieuse. Elle écarta lentement les jambes pour lui laisser entrevoir cette envie de lui. Il effleura cette humidité de ses doigts alors qu’elle lui demanda dans un souffle de venir en elle. Elle ne pût retenir ce petit gémissement de satisfaction à enfin l’avoir au fond d’elle.  Chacun de ses coups de reins lui donnait un plaisir immense. Elle sentait cette vague de plaisir la submerger lentement. Il plongea son regard le sien et ils partagèrent ensemble cette douce violence qui s’emparait d’eux. C’était pur bonheur à être ensemble. Elle le regarda et sans un mot elle voulait lui dire merci …  

Merci pour toute cette beauté des êtres et des âmes, pour tous ces battements de coeurs à l'unisson, tous ces espoirs, tous ces souhaits d'amours fous et jamais sages, pour tous ces regards tournés vers l'infini. 

 Mary  

13:51 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

27/07/2007

Songes d'un matin d'été

dyn003_original_500_375_pjpeg_2512616_91ea6d4e601a89413080aad1133b1b2a

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce texte très lentement est à lire,
Pour à travers chaque mot,en découvrir
Toute la nuance et la subtilité
Car le lire c'est en rêver...

Frôlements  des peaux câlines
Souffles courts, saccadés de violine
 

Irrésistible frénésie affolante
Au creux des reins la morsure douce puis violente

Ambre de la peau soumise à l'ivresse
Douce comme la plus rare des soies

Lentement elle s’étirait, laissait revivre son corps
Réveillée par la caresse des premiers rayons du soleil

 

Puis, bientôt,  son beau songe s’éteignit ,  dissipé par le jour qui s’était levé…

 

danslit

 

Mary

11:08 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

13/07/2007

Mirage

dyn003_original_501_750_pjpeg_2585405_72e565769cd7c353ca9f4d9c403c8a5e

 

Elle avait envie de voler au dessus des nuages
De ses mains toucher les monts, les vagues océanes
Puis entendre un chant universel à travers le passage
Frôler de ses doigts l’arc-en-ciel, son mirage.

Elle voulait effleurer de sa joue la cime des arbres

Ecouter chaque son  se prêtant aux images
Sentir sur sa peau le vent soudainement devenu sage
Profiter sur son corps des gouttelettes d’eau rafraîchissantes

 

Elle avait besoin de se laisser glisser, de se fondre  au paysage
Battre des cils comme les ailes de ce papillon

Se poser,  réfléchir à  l’évident message
Et puis dans un ciel d’été azuré,

 

Réunir à la fois l’infini et le présent sans ombrages…

 

Mary

11:47 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook |

24/06/2007

Accords perdus

dyn005_original_632_506_pjpeg_2528066_d6cd709b7fd1735d6aa53b4df95c9b34

 

Sur ma peau un goût de sel
Encore le frisson de ta dernière caresse
Un goût de toi, de la saveur de tes lèvres

J’ai endormi ma peau de soie

Jusqu’au prochain lever du soleil
Dans le bleu de la nuit, loin de moi, tu dors
Je m’imagine dans un souffle caresser ton sommeil

Et écouter les battements de ton cœur

Jusqu'à ton doux réveil …

 

dyn001_small150_295_263_jpeg_56466_ccbc073b534ac6840b7d5294ddc495e2


Mary

11:01 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

14/06/2007

Douce lumière

9703230_p

 

 

Ils entrèrent dans la chambre, la douce lumière du jour éclairait les oreillers. Le soleil entrait à peine mais il vint transpercer la soie de sa robe.

C’était  une sensation si agréable de se retrouver seuls enfin ! Elle n’hésita pas un instant et s’approcha de lui ,posa une main sur son épaule. Il se retourna et planta ses yeux noisette dans les siens. L’intensité de son regard, le sourire qu’il lui offrit était tellement enivrant.
 
Tendrement, il lui avait caressé les cheveux, le visage, le cou, longtemps jusqu’à ce petit soupir qu’il adorait entendre .

 

5586484_m

 

Elle n’était désormais plus que frissons …

 

 

Mary

10:33 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

10/06/2007

Bleus de nuit

9b

 

Elle était là pensive, elle qui venait juste d'entrer  dans le bleu de la nuit

Ses yeux se remplirent de larmes et elle se força à sourire  

 

« Oui il est malheureux  » pensa t-elle,

Elle devinait maintenant si bien cette souffrance à l’attendre, elle l’avait lu dans ses yeux d’amour 

 

 

Elle espérait tant  qu’il comprenne ce "rythme" qui n’était  pas le sien

Ces pas vers lui qu’elle aurait voulu légers et faciles si la vie était autre

 

Elle savait désormais sa tristesse à ne plus vivre quand elle n’était pas là près de lui

Cette impatience au fond du cœur qui le rendait si malheureux,

 

Pourtant Il ne savait pas  ces  rires forcés ici 

Les larmes aux yeux parce que personne ne doit remarquer 

Rencontrer ses amis, sa famille et dire que tout va bien …

 

Il ne voyait pas quand  elle lui disait simplement bonjour d’un baiser soufflé

Cette envie de se fondre dans l’écran et de le rejoindre

 

 Son coeur se serra soudain en pensant à tous ces jours passés sans lui 

 

 

A leur dernière nuit, si douce et inoubliable …

 

Mary

 

10:11 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

04/06/2007

Ouvre toi

dyn001_original_491_500_pjpeg_2528066_63b4d19bee5fc99f9daa49dc922b09fc

 

 

Ouvre mon corsage de soie

Et laisse vagabonder tes mains au gré de tes envies

Ouvre moi ton  coeur

Et viens boire le mien sur ma bouche

 

Ouvre tes bras pour m'enlacer

Ouvre tes bras que je m'y pose

Viens te perdre dans les chauds trésors de mon ventre

 

Et abandonne ta peau  à la fureur de mes baisers…

 

8784620_p

Mary

 

09:32 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

21/05/2007

Jardin des délices

 

10590014_p

 

Elle était là près de lui et murmurait de tendres mots à ses oreilles. Il frémissait à chaque souffle de sa voix. Sa main frôla le tissu de son pantalon et là il cru défaillir. Elle était si douce dans ses gestes, s’appliquant presque à lui donner des frissons à chacun des contacts de sa peau avec la sienne.

 

Sans s’en rendre vraiment compte, ils s’étaient tous les deux écartés de la foule visitant ces merveilleuses allées de Versailles. Elle s’était lentement laissée diriger dans un petit recoin ou seul un banc semblait les attendre. Consciemment, cela ne pouvait être autrement, ils avaient deviné cette envie de l’autre.

 

Elle savait ce regard qui la dévorait, la brûlait presque. Lui devinait si bien la courbe de ses seins gonflés de désir à travers la soie légère de son chemisier. Il ne pu s’empêcher de passer une de ses mains sous ce tissu, et il retrouva avec délice cette généreuse poitrine tendue. 

 

 Il aimait lui offrir ces caresses qu’elle disait uniques.  Elle soupira de bonheur et ferma l’espace d’un instant les yeux pour savourer ce plaisir naissant. Sa main avait lentement glissé devant elle et s’était frayé un chemin jusqu’à cette toile du pantalon devenu presque étroit, elle sourit avec malice de cette délicieuse forme qu’elle sentait grandir encore et encore...

 

(à suivre)

 

Mary

14:30 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

13/05/2007

Imaginer

dyn004_original_540_540_pjpeg_2528066_ef7b77578b00fee76ea75e0b31ceef90

Fermer les yeux et imaginer nos deux corps enlacés

Fermer les yeux et attendre ta main sur mon épaule

 

Entendre tes mots qui sonnent à mon oreille

Comme une douce mélodie

Puis renfermer dans mon coeur

Le souvenir de nos moments tendres et charnels

 

Il y a aussi ces nuits où je meurs de toi
Comme on meurt de faim


Je pense alors à ton souffle quand insensiblement
Il devient plus rapide et que je dors près de toi.

Quand je revoie ton image,  quand je ferme les yeux
En tout temps, en tout lieu

 

Je ne pense qu'à ton regard sur moi

 

Jamais ne me quitte cette envie de toi ...

 

Mary

 

7348341_p

 

 

 


 

 

18:12 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

02/05/2007

Ballade (2ème partie)

dyn003_original_410_600_pjpeg_2528066_ff735939c57deaa0ef03763d96dc43ed

Au fur et à mesure qu’elle faisait un pas vers ce banc ;  son cœur s’affolait, ses tempes battaient très fort. Elle sentait ce regard la transpercer de toutes parts ? Impossible d’empêcher ses mains de trembler, elle était tellement surprise par cette émotion qu’elle ressentait … A chaque pas le trouble l’envahissait. Elle était maintenant au niveau de ce banc, elle n’osa pas s’arrêter, espérant, sans se retourner le son d’une voix.

 

« Pardonnez- moi, entendit- elle, en se retournant ; pardonnez- moi mais j’aimerais vous parler, puis je vous offrir un café ?

D’abord, malgré le trouble très agréable qu’elle sentait, elle eut envie de s’enfuir  à toute jambe mais avant qu’elle ne puisse réfléchir, elle s’entendit dire à cet inconnu « oui avec plaisir … »

 

Ils marchèrent l’un à côté  de l’autre sans un mot, osant à peine de temps à autre se sourire.

« Elle doit  me prendre pour un pervers, pensa t-il

«Il doit s’imaginer que j’ai l’habitude » se dit-elle

Un instant à ce coin de rue, leurs mains se frôlèrent, elle sentit un long frisson la parcourir, lui cru défaillir. Ils devaient être fous, tous les deux,  sans doute.

 

« on rentre ici ? «  demanda t-il en lui souriant.

Elle fit un timide signe de la tête alors qu’il lui prenait la main pour l’entraîner dans ce bar. Il était 18H passées, il fallait qu’elle rentre mais ses jambes, sa tête, sa raison ne voulaient pas obéir.

 

Elle ne savait  pourquoi, mais elle savait déjà que demain rien se serait plus pareil, que cet homme n’était pas là par hasard sur son « chemin » …

 

Mary

10:54 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook |

18/04/2007

Ballade

cache coeur

Elle adorait se balader par ces temps orageux …Ce jour là, elle  portait une robe légère, un tissu de lin blanc qui dessinait son corps comme une seconde peau.

Elle  marchait depuis plusieurs minutes lorsqu’elle remarqua de nouveau cet homme assis sur ce banc. Cet homme qui hier lui avait offert ce merveilleux sourire si désarmant, ce même homme qui semblait la dévorer des yeux à chacun de ses passages dans ce parc. Hier d’ailleurs,  elle s’était surprise à espérer qu’il la suive et puis en riant avait chassé cette idée stupide de sa tête.

 

Lui ne pouvait détacher ses yeux de cette silhouette qu’il observait sans qu’elle le sache chaque jour de la fenêtre de son bureau … Depuis quelques temps  il s’était arrangé pour se libérer et être là sur ce banc au moment où elle passerait. Elle ne se doutait pas qu’il la « connaissait » depuis « longtemps ».

 

Il savait chacun de ses gestes lorsqu’elle marchait, lorsqu’elle remettait cette petite mèche derrière son oreille, ou qu’elle essayait discrètement d’ajuster son bas sous sa jupe. Au début il s’était senti ridicule, voir complètement débile  de l’observer ainsi à son insu, mais il s’était vite laissé emporté par ce désir que cette femme faisait naître au fond de lui.  

 

Chaque jour plus impatient de voir venir l’heure où il la verrait.  Il avait maintenant besoin de la « connaître » vraiment, d’entendre le son de sa voix, de voir l’éclat de ses yeux, de sentir les effluves de son parfum …

 

A suivre

 

Mary

14:05 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

29/03/2007

Désirs

10661211_p
 

Sentir le désir au creux de mes reins
Caresser ton torse de mes cheveux
Laisser vagabonder tes mains.
Entourer de plaisir ta virilité.
Puis, pleurer en rendant l'âme
Du miracle accompli....

Libérer en cascade mes larmes,
Mes rires au milieu d'un lit,
Froisser les draps dans nos délires.
Devenir un ruisseau, une rivière ivre

Un fleuve qui coulerait sur toi
En chaleur infinie.

 

Mary


17:25 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

05/02/2007

Emotions

irene_hoppe_7
 

Il est là, sur ce quai de gare ...

 

Son cœur à elle va exploser.  Le voilà enfin ! Elle avance vers lui, n’ose pas courir de peur que par maladresse ses chaussures aux talons fins ne lui jouent un sale tour. Le sourire qu’il lui offre la bouleverse, l’émotion la gagne. IL est là devant elle, il lui prend la main et embrasse tendrement la naissance de son poignet. Elle sent ses jambes se dérober sous elle, sa tête tourne…

 

Impossible de parler, tellement ils sont heureux et mesurent la chance qu’ils ont de profiter de ces jours qui s’annoncent si délicieux.

Il la regarde et ses yeux  lui racontent le bonheur qu’il ressent d’être enfin près d’elle après tout ce temps. Ces deux semaines qui lui avaient paru si longues, presque interminables.

 

Ses mains enserrent sa taille. Il peut déceler ce Coco Chanel, ce parfum qui l’avait tant troublé lorsqu’il l’avait senti pour la première fois.  Ces quelques gouttes qu'elle avait fait couler dans le bouchon de son stylo plume pour qu'à chaque mots qu'il allait écrire il pense à elle encore et toujours en se souvenant de l’odeur de sa peau. 

 

Elle glisse sa bouche dans son cou et l’embrasse avec toute la douceur dont elle est capable et devine cette petite veine battre plus fort.  

 

Plus qu’une seule idée l’obsède à cet instant, ne faire plus qu’un avec lui.

14:34 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook |

22/01/2007

Du bout des doigts

dyn004_original_435_600_pjpeg_2519216_0c20ca82ea3bdc4edbfe602228bb4172

 

 

 

 

Un jour elle avait croisé son regard

Puis s’était éloignée, la peur au ventre

Le temps et la vie ont fait leur œuvre

Pourtant au fond de son cœur il était toujours là

 

Aujourd’hui son prénom est au bout de ses lèvres

Le laisser entrer dans sa vie est un pur bonheur 

Plonger au fond de ses yeux devenus miroir

Pour y lire cet itinéraire plein d’émotions

 

Chaque jour elle se laisse chavirer davantage

Par cet Amour qu’elle aurait dû toucher du bout des doigts

 

Il y a longtemps …

 

Mary

 

09:48 Écrit par Mary dans Général | Lien permanent | Commentaires (27) |  Facebook |